CRIMINEL de et par Yann Reuzeu au Théâtre La Factory-Salle Tomasi à 18h45

Ils sont quatre comédiennes et comédiens et nous entraînent dans un moment de théâtre de haut vol. Les mots coulent à flots, tendres et tranchants, ils blessent et mettent à vif les félures de chacun. La confrontation tout en douceur apparente est âpre et révèle toute la brutalité d’une justice qui « tire à pile ou face » un verdict.

Dans une écriture sobre où chaque mot lancé est dit, non pour faire mal mais pour avancer et comprendre ce qui s’est joué quinze plus tôt, nous devenons prisonniers du drame qui fit vaciller quinze ans plus tôt les vies de ces quatre personnages, drame qui les hante toujours.
Après 15 ans de prison, le « Criminel » Boris (Morgan Pérez) sort et revient voir les témoins de son acte. Mais de quel acte parle-t-on ? Le meurtre de son père ? Ou d’avoir laissé pour morte Camille sa sœur bien-aimée (Sophie Vonlanthen) ?
Dans une écriture éclatée qui nous tient en haleine, l’histoire nous est révélée par petites touches entre présent et flash-back, donnant la parole à tous les personnages et nous captive.

Avec beaucoup de finesse, Yann Reuzeu, auteur et metteur en scène, nous met face à nous-même et nous oblige à reconsidérer cette société dans laquelle nous vivons. A quel moment décide-t-on en toute conscience qu’un homme est criminel ?
C’est ce « Criminel » , Boris, qui nous mettra face au miroir d’une société où la  justice est fluctuante. Du temps pour réfléchir, Boris n’a eu que ça pendant quinze ans ! Et s’il retourne voir les témoins et acteurs de son emprisonnement, est-ce pour se venger, régler des comptes ou se débarrasser du passé, se construire un présent et surtout un avenir ?

Criminel - Critique sortie Avignon / 2018 Avignon Avignon Off. Artéphile

La scénographie de Goury est parfaite, un plateau qui tourne et nous entraîne dans un tourbillon de moments parfois doux, parfois brutaux mais toujours extrêmement tendus…
Les comédiens, tous magnifiques, ont un jeu juste, sensible qui nous séduit et dépasse le cadre scénique pour mieux nous emporter et mettre à jour des blessures que ces personnages s’imaginaient disparues et qui n’étaient qu’enfouies…
Morgan Pérez nous envoûte par son jeu entre douceur et animalité, Sophie Vonlanthen vibre d’une fièvre contenue et nous émeut en permanence. Manon, interprétée par Noémie Daliès exprime avec finesse les sentiments extrêmes qui l’habitent et nous communique cette peur, justifiée ou non… Quant à Frédéric Andrau (Xavier), il passe du flamboiement à la petitesse sans fioriture, avec puissance et simplicité.
Yann Reuzeu signe une pièce étonnante et dérangeante sur l’être humain. Toute à la fois dure, violente et mélancolique, cette pièce met face à une réalité que l’on préfère ignorer car « criminel » ou « témoin », il nous faut admettre que nous avons toujours le choix, et que ce choix peut être judicieux ou cauchemardesque, mais quel qu’il soit, il nous appartient !

Un spectacle à voir absolument et sans jugement…

criminel

Criminel écrit et mis-en-scène par Yann Reuzeu au Théâtre La Factory-salle Tomasi à 18h45 du 5 au 29 juillet 2019. (Relâches les 10, 17, 24)
Avec Frédéric Andrau, Morgan Pérez, Noémie Daliès, Sophie Vonlanthen.
Assistante Clara Leduc, Lumière Elsa Revol
Scénographie Goury, Musique Christine Moreau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>